EDITORIAUX

 

Cet événement est le résultat de l’association et de la mutualisation de

deux compagnies, la Cie l’escalier et la Cie Vents d’Est. Le fait d’associer nos

énergies, nos réseaux ont permis cette diversité d’actions et de propositions.

Créer du lien, faire sens et susciter l’attention d’un public très vaste.



« L’écriture de Marguerite DURAS fait partie de ces rencontres aussi fortes

que singulières. Evidente aussi. La densité et la complexité de son oeuvre

ont suscité le désir et la nécessité de l’interroger, de la faire entendre.

Les multiples actions proposées dans LES YEUX VERTS, par les artistes,

les chercheurs, les étudiants, de diverses générations, me font croire à des

regards différents, permettant les échanges et les débats, pour s’apercevoir

que la rencontre et les croisements sont possibles. LES YEUX VERTS -

Marguerite DURAS, pour être un peu davantage « en présence » d’elle. »

 

Sandrine Gironde - Cie l’escalier

 

 

« Mon travail autour de l’écriture de Marguerite DURAS a commencé par

une adaptation théâtrale de La pluie d’été en 1997. Aujourd’hui je tente

une mise en espace plastique d’un de ses textes L‘homme assis dans le

couloir. Mon intérêt pour son oeuvre cinématographique, radicale et trop

méconnue, me donne le désir de dépasser le cadre d’une simple création

pour contribuer à la réalisation d’un événement autour de cet auteur. »

 

Marie-Noëlle Brun - Cie Vents d’Est

 


«Déplacer, transgresser, subvertir : l’oeuvre de Duras n’a eu de cesse

d’interroger et de malmener les cloisonnements, quels qu’ils soient. LES

YEUX VERTS, qui fait résonner ensemble différents langages artistiques,

et qui, par la multiplicité des sites investis, invite la diversité des publics

durassiens à se rencontrer et à échanger, nous offre ainsi l’occasion de

faire vivre cette oeuvre de la façon la plus fidèle qui soit à ce qui constitue

sa richesse et sa singularité. »

 

Anne Cousseau et Dominique Denès

Maîtres de conférence Université Nancy 2

 

 

« Il sera, directement ou non, beaucoup question de son lors de cette

aventure DURAS. D’abord, dans le spectacle adapté de La maladie de

la mort et l’installation issue de L’homme assis dans le couloir proposés

en création, au-delà de l’image et du texte, avec un passionnant niveau

d’interaction qu’il était techniquement difficile d’envisager à l’époque où

Marguerite DURAS réalisait India Song. L’expérience proposée sur scène

sera prolongée par le retour sur l’oeuvre cinématographique qu’il conviendra

d’écouter attentivement. Ainsi, la fonction de la dé-synchronisation

est à l’origine d’un trouble auquel nul ne peut échapper avec India song.

Comme l’évoque Gérard Courant, nous serons confrontés aux limites du

cinéma avec les photogrammes noirs de L’homme Atlantique, comme

autant de « trous noirs de la pensée » : un film que l’on peut regarder les

yeux fermés selon la réalisatrice. Enfin, utilisant une technique de décalage

plus traditionnel en apparence, Agatha ou les lectures illimitées saura nous

séduire tout autant. LES YEUX VERTS : une manifestation qui présente les

multiples qualités (et autant de mystères) d’une auteure essentielle du XXe

siècle, poète encore à découvrir. »


Dominique Répécaud - Directeur du CCAM

 

 

« Accepter de partir dans l’oeuvre dense de Marguerite DURAS est assurément

une aventure humainement intense et très personnelle. On ne peut

résolument pas adopter une attitude d’insensibilité ou d’indifférence à la

lecture d’un de ses romans, au visionnement d’un de ses films ou d’une de

ses pièces. Elle touche au plus profond et sait nous ramener à l’essentiel.

Quiconque se confronte à son oeuvre en fait l’expérience. L’événement LES

YEUX VERTS concocté par deux compagnies nancéennes vous donnera une

occasion rare et unique de voyager en vous immergeant dans un océan de

mots, de sons, d’images, de silences… Une création théâtrale, une exposition,

des lectures, des conférences, des projections de films, des rencontres,

le tout sur l’oeuvre de cette auteur majeure du XXe siècle ne se rate pas.

Et puis, toute cette belle nourriture artistique nous donnera l’occasion de

parler, d’échanger nos impressions, de confronter nos points de vue en

compagnie des artistes présents et autour d’un verre. »

 

Philippe Sidre - Directeur du TGP